« Le e-sport m’a permis de franchir un cap dans les paris sportifs »

pronostiqueur e-sport

William Mary, 28 ans, est un Tipster (conseiller en paris sportifs) pour le célèbre site France Pronos. Spécialisé dans le e-sport (compétitions professionnelles de jeux vidéos), il a conscience que son domaine de prédilection ne fera jamais l’unanimité auprès du grand public. Loin des aprioris de certains, entretien avec un homme déterminé à faire partie de ceux qui permettront au e-sport d’occuper, très prochainement, une place centrale dans le paysage sportif français.

Reçois + de 250 pronostics sportifs par mois publiés par des parieurs pros

France Pronos c’est l’union de + de 10 tipsters professionnels. Chaque tipster, expert dans sa discipline, analyse son sport et publie son pronostic dès qu’il a trouvé une cible. Rejoins une communauté de + de 100.000 parieurs qui suit quotidiennement les experts de France Pronos.

Pourquoi avoir voulu se lancer dans le milieu des conseillers professionnels en paris sportifs (Tipsters), au travers du e-sport?

Ma principale ambition était surtout de faire profiter à une communauté la qualité de mes analyses sur un marché alternatif. Cela fait longtemps que je m’intéresse au e-sport compétitif, mais pour autant je ne voulais pas commencer à investir de l’argent dessus trop rapidement. Il y a trois ans, j’ai décidé que le bon moment était venu pour parier, à mon compte. Il a donc fallu s’adapter et évoluer sur la méthode de suivi des évènements, avec plus de sérieux et de professionnalisme. Par la suite, le e-sport m’a permis de franchir un cap dans les paris sportifs, je suis beaucoup plus neutre que je n’ai pu l’être à l’époque, lorsque je misais sur les disciplines les plus connues (notamment le football).

Aujourd’hui, j’arrive à faire des bénéfices et j’ai cherché à mettre tout cela au service d’un maximum de public. J’avais aussi cette volonté de permettre aux autres de connaître un nouveau style de jeu, une pratique sportive qui se démocratise. C’est encore un peu méconnu c’est vrai, mais dans plusieurs années, la donne sera bien différente. Le fait que l’on soit les premiers à proposer ça en France, à grande échelle, car la communauté de France Pronos est importante, cela permet de prendre de l’avance et de faire découvrir quelque chose de nouveau, en ayant une nouvelle source potentielle de gains.

De tout point de vue c’est avantageux, surtout que le site propose les paris sur le e-sport gratuitement à ses abonnés. Le plus important aujourd’hui est de réussir à familiariser les parieurs sportifs à un domaine qui deviendra incontournable, c’est certain. De par le poste que j’occupe depuis désormais plus d’un an, mon principal objectif est ici. Le confinement a eu un fort impact sur la popularité du e-sport. Forcé de rester chez eux, les gens ont cherché différents moyens de s’occuper… au travers par exemple des émissions de BEIN SPORTS, qui certes sont courtes, mais ont le mérite d’exister.

La plateforme TWITCH (service de streaming vidéo, qui se concentre essentiellement sur la diffusion en direct des compétitions de jeux vidéos) a gagné en visibilité. Ça tape à la porte du grand public, qui ne peut plus nier que le e-sport ne va pas tarder à bouleverser les codes et se faire une place de choix dans le paysage sportif français.

Vous êtes donc spécialisé dans ce que l’on appelle le e-sport. Pouvez-vous nous en dire un peu plus au sujet de votre activité sur ce marché ?

Je me concentre sur deux jeux, CSGO et League of Legends. Ils font clairement partie des plus reconnus dans l’univers du e-sport professionnel. Les compétitions sont prestigieuses, les gains colossaux… c’est ici que le côté financier sera le plus intéressant pour les joueurs. (championnat du monde pour League of Legends, en Asie, dans des stades de 60 000 personnes.) En tant que passionné que je suis à la base de CSGO et League of Legends, j’ai pu acquérir (à force de suivre, de regarder…) un certain nombre de connaissances que n’ont pas forcément les autres bookmakers. Ensuite, lorsque j’ai commencé à me pencher sur les côtes, les paris que l’on peut faire sur ces deux jeux, je me suis très vite rendu compte que c’était bien plus avantageux que je ne le pensais !

Il y avait de gros coups à jouer et c’est ce qui m’a vraiment attiré. Je me suis dit : « tiens, j’ai des connaissances, les gains potentiels sont intéressants, le rapport au risque aussi… il y a quelque chose à exploiter. » Aujourd’hui, c’est plus difficile, car les bookmakers sont plus compétents, il y a moins d’incohérence dans les côtes. En l’espace de 2/3 ans, le e-sport s’est démocratisé, les données statistiques sont beaucoup plus nombreuses et accessibles… ce qui fait que les bookmakers se rapprochent de la réalité dans leurs propositions. Les côtes qui auraient pu être très avantageuses hier avec moins de professionnalisme chez ceux qui les établissent le sont beaucoup moins maintenant. C’est aussi pour cela que les compétences que j’avais dans l’analyse des compétitions étaient intéressantes à exploiter au moment où j’ai commencé à parier, pour faire parfois de gros bénéfices.

Avec mon arrivée chez France Pronos, j’ai réussi à allier l’utile (en permettant aux abonnés de profiter de mes analyses) à l’agréable. Malgré plus de difficulté désormais, c’est à moi de faire encore le nécessaire pour dénicher les bons plans (car il y en a toujours) et les proposer à ma communauté.

Et justement. Pouvez-vous revenir plus en détail sur votre manière de travailler, ce qui vous permet de conseiller votre communauté de la meilleure des façons ?

C’est un travail au quotidien, cela me demande beaucoup de temps. Selon les jours, je peux avoir entre quatre et huit rencontres sur lesquelles je dois me prononcer. Comme vous pouvez l’imaginer, je regarde tous les matchs et je prends constamment des notes sur ce que je peux observer, qui vont ensuite me permettre d’analyser en amont les prochaines parties. Il y a aussi, comme je l’ai dit auparavant, les sites qui proposent des statistiques détaillées. Ce sont des éléments dont je suis très proche qui relatent précisément la réalité du terrain et qui viennent se rajouter aux analyses que j’ai pu faire des précédentes rencontres.

Ces deux facteurs forment déjà une base d’informations importante sur laquelle je vais énormément m’appuyer. Malgré tout, l’essentiel reste la connaissance du jeu. On est ici sur un domaine qui évolue constamment, sur les jeux vidéos, les données et les règles changent un mois sur l’autre (contrairement aux sports les plus médiatisés, c’est la principale différence). Je suis moi-même joueur, j’ai l’habitude de gérer les modifications. En ayant ce regard interne, je peux plus facilement anticiper la réaction des équipes sur l’approche du jeu, par rapport aux différentes mises à jour. Tout cela me permet d’avoir en ma possession un certain nombre d’informations majeures pour, par la suite, essayer d’établir des scénarios précis sur les matchs et sur le déroulé d’une partie. Le plus souvent, je propose mes pronostics en amont, en utilisant les éléments que j’ai énumérés ci-dessus. Pourtant, il m’arrive aussi de travailler en LIVE, mais je vais prendre ma décision en avance.

Je vais me dire OK, sur ce match, je vais attendre de voir le début pour me prononcer. Selon les scénarios, il peut arriver qu’au bout de 20/25 minutes, je sais ce qu’il va se passer si la partie est amenée à durer et donc à ce moment-là, avant que ça ne bascule, je vais placer la mise qui va bien, au service de ma communauté. C’est ça le LIVE. Aujourd’hui, je peux dire que je travaille 70 % en amont et 30 % en LIVE. Je ne parie jamais en amont et en LIVE sur une confrontation. Engager deux pronostics en même temps, de cette manière-là, je trouve cela trop risqué. Le but de mon activité est de rester performant, le plus régulièrement possible. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas prendre de risques inconsidérés.

On connaît l’éternel débat sur le e-sport… a-t-il été difficile pour vous de trouver votre place dans une équipe de conseils en paris sportifs aussi renommée que France Pronos ?

Non, ce n’a pas été difficile, on est tous solidaires et l’on travaille exactement de la même façon que ce soit pour les sports les plus médiatisés comme pour le e-sport. Il y a du respect et c’est à mon sens essentiel. Je savais que France Pronos avait pour ambition de créer une section sur le e-sport, il fallait juste trouver les bonnes personnes pour représenter ce domaine-là. Un appel à candidatures à grande échelle a été lancé et après c’est moi qui, en rapport avec cela, suis venu vers les dirigeants pour proposer mes services.

J’ai été testé pendant plusieurs mois et avec le sérieux que j’avais et mon bilan correct, j’ai définitivement intégré l’équipe. Cependant, il a été difficile de trouver une communauté de personnes prêtes à s’investir et me faire confiance et ça l’est encore aujourd’hui. Malgré que le e-sport se démocratise, cela reste toujours un domaine peu connu et très particulier. Le public, lorsqu’il ne peut pas regarder à la télévision ou très peu les grandes compétitions en direct, a du mal à s’engager financièrement.

Je peux le comprendre. Une réalité qui joue aussi là-dessus est le fait que l’ARJEL (Autorité de régulation des jeux) interdit les bookmakers français à proposer des pronostics sur le e-sport. Pour la démocratisation totale de cette nouvelle manière de faire du sport, je pense qu’il faudra attendre encore quelques années, mais au sujet de la difficulté que le public peut avoir à faire confiance pour miser de l’argent, ça va aller de mieux en mieux, c’est la suite logique. Je suis très enthousiaste pour le futur, c’est dans le sens de l’histoire et les prochaines années ne pourront être que meilleures, à tous les niveaux (visibilité, investissement des parieurs…).

En attendant, il va falloir tout faire pour continuer d’être en positif pour permettre de conserver nos habitués et en attirer d’autres. Bien sûr, il y a toujours des détracteurs, ceux qui pensent que ce n’est pas du sport… cela ne m’atteint pas et n’influe pas sur ma manière de fonctionner. Je connais la réalité et les joueurs professionnels aussi, les parieurs qui suivent mes conseils sont des convaincus et c’est bien ici le plus important.

Quels sont vos objectifs pour votre avenir sur France Pronos, ou même plus généralement en tant que Tipster ?

Je ne vais pas être très original. J’ai la volonté de m’investir toujours plus pour terminer chaque mois en positif. Sur le long terme, j’aimerais bien trouver des Tipsters professionnels sur d’autres jeux vidéos, car je ne pourrai pas tout faire seul, de nouvelles personnes sérieuses et compétentes avec qui collaborer, pour étoffer le service et les sources potentielles de performance sur ce marché.

C’est selon moi primordial d’avoir un maximum de Tipsters sur un maximum de jeux, pour que la place du e-sport dans les paris sportifs en France devienne beaucoup plus importante. J’espère que sur le site, on pourra se retrouver un jour à 50 % 50 % entre le e-sport et le sport plus traditionnel (proposer des paris sur autant de jeux que de disciplines sportives). Ce serait incroyable, mais je pense que cela est envisageable, si les moyens nécessaires sont déployés. On ne s’interdit rien…

Bénéficie de l'expertise de William avec France Pronos

En rejoignant France Pronos, tu recevras chaque jour des pronos sportifs exclusifs dont ceux de William, pour parier plus sereinement sur l'e-sport

Un commentaire sur “« Le e-sport m’a permis de franchir un cap dans les paris sportifs »

  1. Pingback: « Le e-sport m’a permis de franchir un cap dans les paris sportifs » – TOTOSTAR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *